15 astuces pour faire grimper en flèche vos revenus de Q4 !

S’il est difficile de prévoir les budgets publicitaires pour le quatrième trimestre de 2022, compte tenu de la situation macroéconomique actuelle, un événement exceptionnel est susceptible d’impacter fortement votre monétisation : la Coupe du Monde de Football, qui a lieu pour la première fois de son histoire à cette période. Dans un webinaire organisé début octobre, nous avons présenté aux éditeurs 15 recommandations essentielles pour tirer le meilleur parti de cette période et maximiser leurs revenus. Voici ce qu’il faut en retenir :

Répartition des revenus publicitaires par trimestre
Aperçu de la répartition des revenus publicitaires d’éditeurs en enchères ouvertes par trimestre et vertical en 2021
Source: Plateforme Analytique d’Opti Digital

1. Assurez-vous d’envoyer des chaînes de consentement valides

La législation relative à l’exploitation des données varie en fonction de votre zone géographique. En Europe, les éditeurs doivent se conformer au règlement général sur la protection des données (RGPD), tandis qu’en Californie, ils sont soumis à la loi californienne sur la protection de la vie privée des consommateurs (CCPA).

2. Mettez à jour votre fichier Ads.txt

Si vous ne l’avez pas encore fait, ajoutez un fichier ads.txt à la racine de votre site et rendez-le public. Assurez-vous ensuite que tous les partenaires vendeurs avec lesquels vous travaillez figurent sur ce fichier pour qu’ils soient tous autorisés à commercialiser vos inventaires publicitaires. 

3. Adaptez votre pression publicitaire

Si vous êtes tenté d’augmenter le nombre d’emplacements publicitaires sur votre site, réfléchissez avant d’agir ! Plutôt que de transformer votre site en sapin de Noël, et nuire à l’expérience utilisateur sur votre site, trouver l’équilibre entre pression publicitaire et UX grâce à une répartition harmonieuse des annonces. Cette optimisation vous permettra également un meilleur référencement Google. Comment ? En utilisant une technologie de placement automatique des publicités. Cette technologie présente un autre avantage : elle identifie tous les emplacements potentiels, même dans des contenus de longueurs variables, et permet de ne rater aucune opportunité d’affichage.

4. Utilisez le rafraîchissement des publicités sous condition de visibilité 

Sans aucun doute un incontournable ! La fonctionnalité de refresh (disponible dans notre solution All-in-One), permet d’actualiser une publicité dans un même emplacement, sans actualiser toute la page. Cet outil permet donc d’afficher plus d’annonces sans pour autant augmenter votre pression publicitaire. Attention néanmoins à ne pas en abuser, un refresh trop rapide peut affecter le taux de clic et à moyen terme, l’eCPM et le taux de remplissage. 

5. Proposez plusieurs tailles et formats d’annonces 

En configurant ainsi chaque emplacement publicitaire, vous répondez aux critères de davantage d’annonceurs et recevez un plus grand nombre d’offres. Vous maximisez ainsi vos chances de recevoir une enchère à un CPM plus élevé et votre taux de remplissage.

6. Utilisez le chargement tardif

Près de 70% des revenus générés par les éditeurs d’Opti Digital proviennent d’une audience mobile. Il est donc crucial que votre configuration soit adaptée à ce format. Grâce au chargement tardif, la publicité ne s’affiche que lorsque l’utilisateur est à proximité de l’annonce. Cela a deux conséquences positives : une amélioration de votre UX grâce à un temps de chargement optimisé (l’appel à l’ad server se fera uniquement si l’internaute scroll), et une amélioration de votre taux de visibilité global. 

7. Optimisez la compétition des enchères au premier prix

L’utilisation du Header Bidding permet de challenger les partenaires de demande en proposant simultanément un inventaire à plusieurs SSPs. Attention cependant à ne pas brancher trop de places de marché côté client via Prebid.JS, au risque de ralentir les performances de votre site. Préférez une connexion server-side autant que possible. 

8. Instaurez au minimum des prix plancher défensifs au minimum (ou optez pour notre conseil n°12)

Pour empêcher les annonceurs de piètre qualité de diffuser des annonces sur votre site, fixez un prix plancher relativement faible sur l’ensemble de vos inventaires. Cela permettra aux seuls annonceurs en capacité de payer un peu plus cher pour votre audience d’accéder à vos enchères. Cela limitera les annonces “cheap” et augmentera la compétition.

9. Affichez vos performances

Communiquer vos résultats (visites mensuelles, taux de visibilité…) permet aux annonceurs de voir si votre site répond à leur liste de critères. Nous vous conseillons d’afficher vos performances, via un média kit téléchargeable sur votre site, et sur votre profil DV360, disponible dans Google Ad Manager > Sales > Deal Settings.

10. Protégez les marques annonceurs

Les annonceurs ne souhaitent pas voir leur annonce affichée à côté d’un contenu jugé inapproprié car cela peut nuire à leur image de marque. Supprimez donc les balises publicitaires de votre Ad Server des pages au contenu sensible, conformément aux directives de votre adserver. Inversement, protégez votre propre réputation pour améliorer votre marque média : si vous ne souhaitez pas que certaines publicités apparaissent sur votre site, bannissez les catégories ou les annonceurs indésirables de votre adserver et des SSP connectés à votre inventaire.

11. Optimisez votre taux de visibilité

Pour améliorer ce KPI, Opti Digital recommande aux éditeurs de s’appuyer sur une combinaison de 3 technologies : le placement automatique des annonces, le chargement tardif (appliqué de manière adaptée selon l’emplacement) et le rafraîchissement sous condition de visibilité. À ces trois technologies, ajoutez également des formats adhérents (anchor ads ou sticky). Ces 4 bonnes pratiques permettent aux éditeurs qui utilisent la solution All-in-One d’Opti Digital d’atteindre un taux de visibilité moyen de 70%.

12. Retrouvez la valeur réelle votre inventaire

La définition et l’application manuelle des prix plancher exigent un temps considérable côté éditeur : par média, par page, par emplacement, selon la saisonnalité… En parallèle, les technologies de bid shading utilisées par les outils d’achat programmatique sont particulièrement efficaces pour identifier le chemin d’accès à votre audience le moins cher possible, ce qui fait baisser les CPMs. C’est pourquoi Opti Digital a développé un module de prix planchers dynamiques : Opti Yield calcule automatiquement le prix plancher idéal pour maximiser le revenu pour 1000 opportunités d’affichages.

13. Monétisez votre inventaire non consenti

Avec ou sans cookies, il vous est possible de maximiser vos revenus publicitaires tout en respectant le consentement des utilisateurs. En effet, lorsque l’internaute refuse l’exploitation de ses données personnelles ou ne se prononce pas, Opti Digital fait appel à des solutions de monétisation alternatives et respectueuses du RGPD : Google Limited Ads et Opti Digital Ad Server alias ODAS.

14. Intégrez des formats publicitaires impactants

Nous recommandons aux éditeurs d’intégrer des formats aux CPMs élevés comme les formats sticky et les interstitiels. Ce dernier format pouvant être quelque peu intrusif, il est essentiel de l’utiliser avec précaution, en ajustant notamment le capping et en respectant les règles définies par la Coalition for Better Ads.

15. Passez à la vente aux enchères côté serveur

De nombreux éditeurs utilisent encore aujourd’hui une mécanique d’enchère « client-side », notamment via le wrapper prebid.js. Cependant, cette technologie peut ralentir le chargement des pages et des annonces si de nombreux vendeurs y sont connectés, ce qui a un effet négatif sur l’UX et le taux de visibilité. C’est pourquoi, nous recommandons aux éditeurs d’opter pour une mécanique d’enchères “server-side”. D’ailleurs, un article arrive très bientôt sur le sujet, ainsi qu’une belle innovation 👀

Pour regarder le replay du webinaire et accéder aux slides de présentation, merci de bien vouloir remplir le formulaire ci-dessous (contenus en anglais) :

Une question, un doute ? Notre équipe d’experts est là pour vous aider. N’hésitez pas à nous contacter.

Visibilité publicitaire : votre meilleur allié pour booster vos eCPMs

“Ce qui n’est pas mesuré ne peut pas être amélioré” – Cet adage est on ne peut plus pertinent dans le secteur de la publicité digitale où la donnée en est la pierre angulaire. Bien maîtriser vos métriques, c’est connaître votre valeur. Et, pour améliorer votre rentabilité publicitaire, de nombreuses données rentrent en jeu dont la visibilité. Dans cet article, nous vous aidons à mieux comprendre ce KPI et vous donnons 3 pistes pour l’améliorer.

Qu’est-ce que la visibilité publicitaire ?

Métrique incontournable de la publicité programmatique, elle évalue la visibilité des annonces affichées sur un site auprès de ses utilisateurs. Il s’agit, en d’autres termes, des affichages d’annonces sur l’écran de l’internaute et vus par ce dernier. 

Selon l’IAB (Interactive Advertising Bureau), un affichage est considéré comme visible s’il répond à un certain nombre de critères : 

  • 50% d’une annonce de taille petite à moyenne doivent être vus au moins 1 seconde par l’utilisateur. 
  • 30% d’une publicité de grande taille (plus de 242 000 pixels) doivent être vus dans la fenêtre du navigateur.
  • 50% d’une vidéo instream doivent être visibles de façon ininterrompue pendant minimum 2 secondes. 

Ces données sont consultables dans les rapports Active View fournis par l’Ad Server Google Ad Manager. D’autres solutions validées par le Media Rate Council (MRC) existent pour mesurer ce taux de visibilité à l’instar de Integral Ad Sciences.

Comment la mesure-t-on et pourquoi est-elle essentielle pour améliorer vos performances publicitaires ?

La visibilité publicitaire se mesure de la façon suivante : 

Pour les acheteurs, un bon taux de visibilité permet de vérifier l’efficacité des inventaires et est un critère d’achat incontournable. En effet, cette métrique permet aux annonceurs d’évaluer dans un premier temps la qualité potentielle des inventaires disponibles sur les sites des éditeurs : plus une publicité est vue et meilleurs seront le taux de clics et le taux de conversion. Une fois qu’ils ont analysé le taux de visibilité d’un emplacement, ils peuvent ajuster la valeur de leurs offres publicitaires. Les grandes marques exigent des taux de visibilité supérieurs à 70%. Pour augmenter vos chances de les séduire, pensez à bien mettre en avant votre taux de visibilité sur votre kit média et dans votre profil Google Ad Manager, dans la section Sales > Deals Settings.

Plus votre visibilité est élevée, meilleur est votre taux de remplissage et votre eCPM. Le lien de cause à effet entre la visibilité et les revenus publicitaires est facilement observable. Voici une démonstration dans notre tableau de bord sur un éditeur anonymisé :

Après avoir déplacé un bloc d’annonce le 17 septembre 2021, son taux de visibilité est passé de 62% à presque 70%, et son eCPM a grimpé de 30% dans les 5 jours après la mise en place de cette optimisation. Ce court délai vient du fait que lorsque les acheteurs sélectionnent un certain critère de visibilité, la donnée prise en compte pour filtrer les inventaires éligibles est la moyenne des taux de visibilité des 7 derniers jours.

La visibilité fait donc partie de notre plan d’attaque pour optimiser les revenus des médias au même titre que la mise en page, la compétition, les consentements, le taux de remplissage et l’UX. Chez Opti Digital, les éditeurs que nous accompagnons atteignent une moyenne de 70% de taux de visibilité cross-device après avoir déployé notre solution 360º sur leurs sites, ce qui représente une hausse de plus de 20 points par rapport à leur visibilité moyenne initiale.

3 bonnes pratiques pour optimiser votre taux de visibilité

Il est indispensable de mesurer la visibilité de chaque emplacement sur chaque page afin de faire des ajustements précis et efficaces sur l’agencement de votre site et son temps de chargement.

L’outil de reporting que nous mettons à disposition des éditeurs rend possible cette analyse granulaire. N’hésitez pas à regarder notre rapide tutoriel sur la visibilité publicitaire pour comprendre comment nous mesurons cette donnée.

Pour booster votre taux de visibilité, voici 3 bonnes pratiques à appliquer : 

  1. Optimiser l’emplacement des publicités : placez les annonces au-niveau de la ligne de flottaison, en cœur de contenu et en adhérence en bas de l’écran. Les taux de visibilité sont généralement élevés à ces emplacements. Évitez les emplacements en haut de l’écran non-sticky, car l’internaute descend vite sur la page. Pour identifier les positions à haut potentiel sur votre site et y afficher de la publicité de façon automatique, nous avons développé une technologie d’insertion dynamique des annonces.
  1. Ajuster votre stratégie de chargement des annonces : chargement direct ou différé ? Adaptez l’affichage de vos annonces en fonction de votre contenu et de la navigation de vos utilisateurs. Si le chargement est différé, ajustez la configuration du lazy loading pour qu’il soit plus rapide sur les diaporamas de photos et plus lent sur les contenus rédactionnels plus longs à consommer. D’après notre expérience, nous recommandons d’appliquer du lazy loading sur l’ensemble de vos inventaires publicitaires pour améliorer votre SEO et votre rentabilité. Avec le bon paramétrage, l’augmentation de l’eCPM et du taux de remplissage compensera la perte d’affichages.
  1. Mettre en œuvre du rafraichissement automatique sur condition de visibilité : Mis en place de manière granulaire et contrôlée, le rafraichissement dynamique s’avère être un excellent moyen pour optimiser l’expérience utilisateur, la visibilité et les revenus. Chez Opti Digital, nous contrôlons dans le détail le déclenchement des refreshs : Une fois le laps de temps imparti passé, on active un refresh seulement si l’emplacement publicitaire est visible sur l’écran actif de l’internaute. Les affichages ultérieurs ont généralement une visibilité supérieure au premier. De plus, les refresh multiplient le nombre d’impressions et augmenteront vos revenus.

Pour aller plus loin dans l’optimisation de la visibilité, nous faisons de l’A/B testing et mesurons avec précision quelle est la meilleure configuration possible par page et par emplacement publicitaire.

Vous l’aurez compris, la visibilité publicitaire est un KPI à ne pas oublier pour booster vos revenus. Métrique suivie de près par les annonceurs, il est donc essentiel de l’optimiser pour être sûr d’attirer les meilleures campagnes et d’utiliser tout votre potentiel publicitaire. Vous cherchez une solution pour l’optimiser ? Faites appel à notre expertise.